Dialogue d’une femme en chemin

Je suis sur le chemin. Le chemin qui me conduit à mon Être. Je me découvre peu à peu après 42 ans de quête. 42 ans à jouer un personnage, 42 ans à me perdre dans une existence qui n’était pas la mienne. J’ai eu des moments de joie, des moments de douleurs intenses mais m’appartenaient-ils vraiment ? Je suis cette femme qui aujourd’hui se retourne sur son passé et qui se dit qu’elle avait besoin de toutes ses expériences pour arriver à ce carrefour de vie. Je suis cette femme qui, comme toi peut-être, se juge souvent, se dit qu’elle réfléchit trop, voudrait être meilleure et aimerait arriver à atteindre cet idéal de vie, ce bonheur dont on lui parle dans tous les magazines, à la télé, sur internet.

Je lis tous ces livres, regarde toutes ces conférences qui parlent de trouver le St Graal : LA REALISATION DE SOI. Je les écoute et suis en admiration devant le parcours de ces personnes. Elles ont gravi des montagnes, ont dépassé constamment  leurs limites, ont bousculé leur vie, se remettant en question. Et je me dis WAOUH !!! Mais quel est leur secret ?

Leurs techniques semblent si simples, si faciles, mais moi je n’y arrive pas. La recherche de ce bien-être je le cherche partout, chez des thérapeutes divers et variés, dans des livres, dans des stages, dans des retraites spirituelles. Je cours, je m’épuise à la recherche de cette sérénité, me mets une pression incroyable. Plus je la cherche, plus elle s’éloigne de moi…

Finalement c’est par ce confinement forcé, qui me contraint à me retrouver seule face à moi-même que je commence à comprendre. Je suis en quête de quelque chose qui est en fait à l’intérieur de moi.

Toutes les réponses sont en moi. L’extérieur peut me donner des pistes de réflexion, me permettre de mes poser les questions essentielles. Cependant, j’ai compris qu’au final, je ne poursuivais pas le bonheur, mais que j’étais avant tout à la recherche de moi-même.

Comme un archéologue, cela allait passer par des fouilles de plus en plus profondes. J’ai compris que cela pourrait peut-être durer des années… Mais finalement, y a-t-il vraiment une fin? Une vie ne suffit pas sans doute à découvrir toutes les facettes de notre Être.

Alors je continue ce parcours avec toi. Je partage ici mes réflexions, mes avancées, mes questionnements, en me disant que cela pourra peut-être t’aider toi aussi.

Te dire que oui, ce n’est pas toujours facile, que parfois on se dit que l’on n’y arrivera jamais, on flanche et on a envie de laisser tomber. On retombe dans ses anciens travers en se disant que le monde est injuste, que la souffrance ne nous lâche pas, que l’on ne mérite pas mieux.

Et puis le chant d’un oiseau, le sourire d’une rencontre, la bienveillance que l’on nous apporte, nous montre que la vie est belle et l’on y croit à nouveau.

Aujourd’hui j’ai donc décidé de me poser la question suivante :

Comment en suis-je arrivée à oublier qui je suis ? Quel est le processus qui fait que je me suis perdue ? …..

 La suite dans mon article du 11 mai 2020