Apprendre à s’aimer

Je suis en pleine remise en question d’une croyance évoquée justement dans mes derniers écrits. Le contrôle, la force, la froideur, la sagesse et l’indépendance étaient les qualités avec lesquels j’étais qualifiée souvent. C’est également ainsi finalement que je me définissais moi-même.

Encore aujourd’hui j’ai du mal à accepter ma sensibilité, à me connecter à elle. Je me rends compte pourtant que de plus en plus, je suis touchée par la beauté de la nature qui m’entoure, par la musique, que je rentre plus en empathie avec autrui. Les larmes, soit de joie ou de tristesse, me viennent plus facilement, pour de simples choses parfois. Je perçois une émotivité que je ne percevais pas avant.

Ma carapace me protégeait des difficultés de la vie mais me coupais aussi de mes émotions, de la femme véritable au fond de moi. Je découvre une facette de moi, que je ne comprends pas et qui me dépasse parfois. Ce trop plein de sentiments, de pensées me submergent et je ne sais comment les gérer. Il m’est encore difficile de reconnaître et d’accepter de m’être mentie et cachée durant toutes ces années.

Quand je me regarde, je comprends pourtant qu’il s’agit bien de mon Être véritable, mais cette personne avec laquelle j’ai vécu depuis mon plus jeune âge est déboussolée, se sent rejetée et se rebelle. Elle veut reprendre le contrôle, a peur, en perdant cette bulle que je me suis construite, de souffrir.

Mais ma souffrance n’est-elle pas venue justement du fait d’étouffer cette sensibilité, de museler la part d’enfant en moi qui a besoin de rêver, de rire mais aussi de ma crainte des autres ? Cette qualité que je considérais comme « inacceptable » dans mon enfance, m’apparaît aujourd’hui comme une force justement. Il me faut l’apprivoiser petit à petit, la laisser s’exprimer simplement, lui donner sa place pour être plus authentique et vraie.

Car oui, l’ignorer encore reviendrait à continuer de mentir à mon entourage. Finalement, ma famille, mes amis, mes collègues connaissent une femme qui n’est pas vraiment moi dans son entièreté. La vie m’a rendue forte et indépendante mais je suis également sensible et vulnérable. Cet aspect, c’est moi aussi et l’accepter, c’est me reconnaître un peu plus et donc m’aimer un peu plus.

Car finalement qu’est-ce que c’est l’Amour de soi ? :

  •  C’est avant tout Se Connaître. S’estimer

Savoir réellement qui on est, se comprendre, connaître ses valeurs et vivre en accord avec elles.

« Quelles sont tes valeurs ? Qu’est ce qui te fait vibrer dans la vie ? Qu’est ce qui est essentiel pour toi dans ton existence »

Prendre conscience de sa valeur. Se sentir digne d’amour, de respect

« Quels sont tes talents, tes capacités, compétences ? Quels sont les compliments que l’on te fait ? De quoi es-tu fier dans ta vie ? »

Mulan
  • Être authentique. Se libérer du regard de l’autre

Se montrer aux autres tel que l’on est, sans artifice, sans masque, sans jouer un rôle.

Ne pas vouloir plaire à tout le monde, mais suivre ce que nous dicte notre cœur. Trouver notre propre vérité intérieure et l’assumer devant les autres

  • Exprimer ses besoins aux autres.
  • Se Respecter (regardes mon article Respect de Soi)
  • Se Responsabiliser (regardes mon article sur la Responsabilité)
  • Prendre soin de soi

Poses toi la question : «  Qu’est ce que j’ai fait pour moi aujourd’hui ? »

Petit exercice « Merci mon corps  » :

Remercies chaque partie de son corps (tête, nuque-épaule, cœur, ventre et dos, jambes, tout le corps)

Demandes pardon à la partie de ton corps qui souffre

Demandes lui quel message elle veut te transmettre

Donnes-lui de la tendresse

  • Ecouter son Enfant Intérieur (regardes mon article sur l’Enfant Intérieur)

Fermes les yeux et visualises toi enfant. Il te parle. Que te dit-il ? Que lui manque t-il ?

  • Prendre conscience de ses ressentis, de ses besoins (regardes mes articles sur les Emotions, les besoins). Comprendre ses peurs, les visualiser, les ressentir à l’intérieur de soi et voir à quel besoin elles sont liées.
  • Accepter la bienveillance à son égard. Acceptes les compliments. Demandes quand tu as besoin d’aide.

Il est bon de donner à l’autre, mais il est également important de savoir recevoir pour que la relation avec l’autre puisse être harmonieuse et qu’il n’y ait pas de notion de dette envers toi. Les autres ont également le souci de savoir que tu as besoin d’eux dans ta vie. Veulent te montrer qu’ils t’aiment et que tu peux compter sur eux

  • Arrêter la comparaison (regardes l’article sur le Respect de soi)

Tu es un Être unique avec ses qualités propres incomparables.

  • Arrêter de se juger. S’accepter dans son entièreté (regardes l’article sur l’Acceptation de soi)

Ne parles que positivement de toi, sans te dévaloriser.

Lorsque tu te juges, penses à ce que te dirait un ami. Quels conseils te donnerait il ?

  • Suivre son Intuition

Souvent ton cœur sait ce qui est bon pour toi, avant ton mental. Fais toi confiance

Exercice

1 fois par jour. Installes-toi au calme, détends-toi, inspires-expires plusieurs fois de suite profondément. A chaque inspiration rentres plus profondément en toi dans ton abdomen

Puis interroges-toi :

« Sur quelle problématique, quel thème ai-je besoin d’être plus conscient ? » Laisses la question cheminer en toi et accueilles sans juger les messages : images, mots, sensations, émotions… Il s’agit de te mettre à l’écoute de ton guide intérieur.

S’il est toujours muet au bout de deux ou trois jours, essayes ces questions : « Quelle direction dois-je prendre en ce moment ? », « Que dois-je faire maintenant ? Montres-moi. »

Notes ces messages, même s’ils te semblent farfelus ou éloignés de ta demande. Gardes-les pour toi. Avec le temps, un mot, un visage ou une sensation peuvent revêtir une signification qui t’a échappé au premier abord.

  • Faire preuve de bienveillance et de tendresse à son égard

Exercice : S’écrire une lettre de compassion (extrait du Livre Coaching de vie de Anne-Laure Teurisse)

Penses à une situation qui est difficile ou tu souffres en ce moment

Ecris une lettre à une personne réelle ou imaginaire qui t’es chère, aimante, bienveillante, ouverte d’esprit. Prends le temps de te la représenter. Cette personne est aimante, t’acceptes tel que tu es, est toujours profondément à ton écoute et te comprends. Elle est toujours prête à t’aider.

Confies à cet ami, la situation qui te fait souffrir. Ce qui te fait mal dans cette situation. Ce qui te bloque. Tu peux tout lui dire. Demandes lui conseil. Demandes lui de l’aide.

Mets cette lettre dans une enveloppe où tu inscris «  à toi mon meilleur ami » et laisses la de côté pendant 2 jours

Après ces 2 jours, reprends cette lettre et lis la comme si effectivement elle te parvenait de ton meilleur ami. C’est une personne que tu aimes énormément. Imprègnes toi de ce que cet ami traverse. Fais appel à ta compréhension, ta bienveillance.

Comment le perçois tu ? Que ressent-il ? De quoi a-t-il besoin ? Comment peux tu lui montrer ton amour ? Que lui conseillerais tu ? Comment peux tu lui montrer qu’il compte beaucoup pour toi,

Mets toi dans la peau de cet ami et réponds lui.

Mets cette lettre dans une enveloppe adressée à ton nom et laisses passer une journée

Reprends l’enveloppe après une journée et lis son contenu. Ton ami vient de te répondre. Accueilles ce que ton ami t’a écrit, son amour, sa bienveillance. Que ressens tu pour cette personne ? Que ressens tu à la lecture de cette lettre, de ses conseils ? Comment te sens tu en recevant ce courrier d’une personne qui t’aime ?

Puis une fois ce courrier lu une première fois. Relies le à haute voix en remplaçant le « tu » par « je ». Lis cette lettre comme s’il s’agissait de toi-même

Ressens ce que cela te dis sur toi-même

  • Faire preuve de gratitude

Chaque jour trouves 3 choses positives que tu as faites et remercies toi

Remercies chaque jour pour 3 belles choses qui te sont arrivées

  • Croire en ses rêves et pouvoir se dire que l’on est en mesure de réaliser tout ce dont on a envie. Tout est en nous.

Apprendre à s’aimer est un parcours, un chemin sur lequel on se découvre peu à peu. Cette quête m’a amené à me rendre compte que j’étais la seule personne qui m’empêchait d’accéder au bonheur. Je ne suis pas ici en train de me culpabiliser pour cela, mais de prendre conscience que mes peurs, mes croyances m’ont conduit à m’éloigner de moi. J’ai fini par croire que cette femme que j’avais, durant toutes ces années, modelé en fonction de ces pensées, existait réellement. Cet Être imaginaire était devenu réel. Mais MOI, Sophie, j’ai fini par étouffer sous le poids de cette armure.

Aujourd’hui, je me sens à l’étroit, je suffoque. Je ne peux plus faire semblant de ne plus entendre cette voix au fond de moi, de faire comme si elle n’existait pas. Mon Être véritable veut reprendre sa place, reprendre ce pouvoir perdu. Alors petit à petit je lui laisse gagner du terrain, reprendre confiance pour pouvoir s’affirmer.


 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.