Comme un tourbillon…

Après ce moment hors du temps dans les Cévennes, j’ai vécu ce retour à la réalité de façon très douloureuse. Comment t’exprimer mon ressenti ? C’est comme si j’avais perdu mes repères, que j’étais perdue en plein brouillard, seule, abandonnée. Le sol se dérobait sous mes pieds et je ne savais plus vraiment à quoi me raccrocher. Ces dernières semaines, je me suis sentie entourée, choyée, reconnue, pleine de gratitude et là un vide immense m’envahissait à nouveau.

Un véritable sentiment d’injustice, d’incompréhension, de tristesse et de colère s’est emparé de moi. Je ne comprenais plus. Pourquoi après tous ces cadeaux, la vie me mettait-elle à nouveau face à mes blessures ? Je croyais avoir surmonter ce manque d’amour en moi et voilà que l’existence me le renvoyait en plein visage comme un boomerang.

Le message est-il ? : encore raté. Tu n’es toujours pas guérie. Essayes encore !!

Une grande fatigue, une lassitude, une déception bien au-delà de l’évènement qui l’a provoqué, me submergeaient. Je n’avais plus envie de surfer sur la vague, plus la force de donner le change. J’ai laissé le courant m’emporter à la dérive. De temps en temps je surnageais, reprenais mon souffle et puis une nouvelle vague déferlait sur moi.

Voilà, j’étais triste de revivre encore une fois une situation maintes fois expérimentée. J’en avais assez tout simplement. Comment pouvais-je arriver à y croire encore ? Comment pouvais-je faire confiance à la vie, alors qu’à chaque fois que je reprenais espoir, je ressortais désabusée par une tentative avortée ?

Rencontre avant mes vacances d’un homme, certes loin de mes critères habituels, mais qui m’a séduite par son côté hors norme, avec une vision de la vie et des rapports humains similaire à la mienne, attaché à la spiritualité, ce qui somme toute n’est pas courant…

Malgré tout ces atouts, après notre rendez-vous cette semaine, je me suis rendue compte que je me trouvais Encore devant une personne auto-centrée, peu attentionnée, montrant peu d’intérêt pour la personne que j’étais, ne posant aucune question…

Ce n’est pas la déception face à l’homme, mais bien davantage face à la situation récurrente qui m’a dévasté temporairement. Je voyais se rejouer un scénario que j’avais déjà trop souvent éprouvé.

Et je n’en veux plus. Mon cri de rage et de désespoir à l’univers aurait pu être : STOP çà suffit. Je t’ai déjà dit cent fois que des hommes égoïstes je n’en voulais plus. Tu n’as pas compris le message ??

Ou peut être étais-ce moi qui n’avait pas compris, pas intégré que je méritais mieux que çà.

Je me sentais malmenée par l’existence, chahutée, victime d’un destin que je subissais comme une fatalité. J’étais révolté par l’injustice de la vie face aux efforts effectués, pleine de frustrations.

Cet écho du passé me remettait en mémoire des relations douloureuses que je ne voulais pas voir se reproduire, me mettait face à un manque que je savais devoir combler moi-même.

J’avais la conviction d’avoir atteint cet état d’apaisement intérieur, pensait m’être reconnectée à ma douceur personnelle. Peut-être n’est-elle pas suffisante ? Peut être que le regard et la tendresse de l’autre m’est nécessaire et que je dois tout simplement accepter d’en avoir besoin dans ma vie pour m’épanouir. Ne pas rejeter cette envie. Ne pas croire que tout ne peut m’être apporté que par moi-même.

Je me suis sentie impuissante face à la vie. Encore une fois, j’avais tenté de contrôler mon sort et une fois de plus… échec et mat…

Quelle expérience retirer de tout çà ? Car après la détresse et les larmes, vient le temps de l’apprentissage. Que dois-je comprendre ?

La vie m’a t-elle confronté à ce que je refusais pour me faire vraiment prendre position et affirmer mes désirs ?

Ou simplement m’engage-t-elle à lui faire confiance ? C’est elle qui décidera le moment opportun et la personne à mettre sur mon chemin ?

Alors est-ce faire preuve de résilience que de communier avec la vie ?

Qu’appelle-t-on résilience ?

La capacité d’une personne, malgré les épreuves et les douleurs, d’aller de l’avant et de croire encore en un avenir plus radieux ? Se laisser la chance et se donner les moyens de surmonter les souffrances et de s’en servir pour construire une existence encore plus belle? S’interroger sur les évènements subis et essayer de comprendre leurs apports? Continuer à s’ouvrir à la vie et aux opportunités, à se développer malgré les vicissitudes? Faire preuve de créativité face à l’adversité? Résister et se protéger, avoir suffisamment foi en soi pour refuser de se laisser contraindre par l’extérieur?

Les résilients malgré les blessures endurées trouvent la capacité en eux pour les cicatriser et s’épanouir. Ils refusent la fatalité et prouve qu’il est possible de s’en sortir et de dépasser les traumatismes. Ils considèrent que ceux-ci ne les définissent pas et qu’ils ne stopperont pas leur avancée.

« Tous les individus ont le pouvoir de se transformer et de transformer leur réalité à condition de trouver en eux et autour d’eux les éléments qui leur permettent de créer cette capacité de résilience »

Afficher l’image source

Les premiers mois de la vie d’un enfant peuvent être déterminants. Il peut y acquérir des ressources dont il pourra se servir plus tard. Il s’est senti à un moment donné aimé, entouré, sécurisé et fera inconsciemment appel à ces empreintes du passé imprégnés dans sa mémoire et dans son corps. Les messages positifs reçus, qu’ils soient verbaux ou non-verbaux, seront ainsi enregistrés dans son disque dur et il s’y connectera en cas de besoin. Par ces messages, il accèdera à une meilleure estime de lui-même.

Les rencontres, l’écoute, le soutien, la confiance donnée, la compassion, le respect sont également des facteurs essentiels à la résilience. En effet, le fait d’être entendu, accepter, d’estimer que ses sentiments sont accueillis sans jugement par autrui est capital pour pouvoir évoluer. Voir dans le regard de l’autre, la foi en son potentiel et en ses capacités, la certitude l’on peut réussir. Mais surtout être pousser à participer pleinement à son développement, à créer sa chance, à sortir du statut de victime pour se sentir maitre de son destin.

Mais la force passe également par la libération possible de la parole. Pouvoir dire soit par des mots, soit en exprimant ses déchirures par l’art : le chant, l’écriture, le dessin, la peinture, la musique. Nombre d’artistes utilisent ce biais pour extraire d’eux leurs tourments. Extérioriser sa peine.

Le résilient cherchera à trouver un sens à sa vie et à en être l’acteur. Il prendra conscience de la réalité et se dirigera vers l’autonomie. L’environnement n’aura pas forcément de prise sur lui car il se sera bâti en toute indépendance grâce à ses propres ressources parfois. Il aime l’autre mais n’en a pas forcément besoin pour s’accomplir. Se basant sur ses propres valeurs, son intégrité personnelle pour se réaliser et trouver sa place dans le monde, il développera sa propre identité et repoussera tout ce qui nuira à sa croissance.

Résultat d’images pour la résilience

Alors être résilient pour moi c’est surtout croire encore en la vie. Me permettre de baisser les bras de temps et en temps et de me laisser aller à la tristesse, tout en sachant que la force de vie sera toujours plus forte. Cette soif de bonheur qui me conduit toujours plus loin et qui m’empêche de sombrer. Cette énergie que je puise au fond de mes tripes et que je dois certainement à mon éducation. Mais surtout cette impression que quoiqu’il arrive je serais toujours protégée…

Questionnement :

  • Qu’as-tu appris des évènements douloureux de ton existence? Quel apprentissage en as tu retirer?
  • Que ressens-tu face à cette situation souffrante précise qui te viens à l’esprit? A quoi la rattaches-tu? Est-elle récurrente?
  • Quelle ressource as-tu utiliser précédemment pour surmonter les épreuves? Quelle est ta force?

Pour en savoir plus :

  •  » La Résilience » Poletti et Dobbs
  •  » Un merveilleux malheur » Boris Cyrulnik

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.