Et si je me respectais…

« Seul est aimé et respecté celui qui s’aime et se respecte »
Paulo Coelho (Le manuscrit retrouvé, 2013)

Ma balade journalière m’a amené dans les champs aujourd’hui. Ces pas m’ont conduit à me remémorer les moments de ma vie où la marche a eu tellement d’importance.

C’est une activité que j’ai toujours aimé faire, mais que j’avais redécouvert avec mon père à la fin de l’adolescence. Nous partions souvent randonner dans les Vosges ou en Forêt Noire en Allemagne, seuls tous les deux ou avec sa nouvelle compagne après la mort de ma mère. C’étaient des moments de partage, de joie, de sérénité, d’union à la nature, de ressourcement. J’adorais ces journées-là. Nous avions une activité commune, passions du temps ensemble. Cela compensait un peu ses absences étant enfant.

La marche est donc reliée à des souvenirs de plaisir, mais aussi à des périodes plus difficiles. Je me souviens de ces heures passées à errer dans les rues de Londres pour ne pas rentrer chez moi après ma séparation avec mon compagnon de l’époque.

Nous avions rompu, mais habitions toujours ensemble. Et sa nouvelle épouse était venue emménager avec nous et une de mes amies. Drôle de cohabitation : l’amie, l’ex-compagnon, sa femme et moi, tous les 4 dans un appartement de 60m² je pense. Les circonstances ont fait que nous en étions arrivés à cette situation. Ah les circonstances… N’est-ce pas plutôt une lâcheté de ma part ?… ou un manque de respect de moi-même?…

S. ( prénom de mon ex-copain ) ne trouvait soi-disant pas d’appartement et, moi et ma copine n’avions pas encore trouvé de nouveau colocataire.

Alors, je n’ai pas eu le courage et la force d’affirmer l’impossibilité pour S. de rester. J’avais conscience que cette promiscuité, dû au fait que j’étais encore amoureuse de S, allait être compliquée à gérer pour moi, mais face à son désarroi et à sa peur de l’avenir, je n’ai pu me résoudre à l’abandonner. Je me devais de prendre sur moi pour qu’il puisse être en paix et puis je pensais que cela ne durerait pas.

Ce qui devait être provisoire a pourtant duré presque 3 mois et s’est soldé par ma décision de moi-même quitter les lieux pour partir en Ecosse. Voyant que rien ne bougeait de son côté et ne pouvant décemment plus supporter ce contexte, j’ai décidé de me « sacrifier » et de partir.

Avec le recul aujourd’hui, je me dis que oui, je me suis « abandonnée » à ce moment-là. J’ai manqué d’amour et de respect pour moi-même, faisant passer l’intérêt d’une personne avant le mien. Je me suis laissée endurer cette situation douloureuse pendant des semaines. Je dormais très mal, n’avais plus d’appétit, passais des heures à marcher pour retrouver un peu d’apaisement. Je ne voyais plus comment sortir de là, à part prendre la fuite.

C’est le manque d’estime de moi et de ma valeur qui m’a conduit à ne pas m’aimer assez pour dire à S de quitter notre appartement.

Se taire et accepter les propos ou les actes désobligeants des autres revient à museler l’Enfant intérieur en nous qui souffre. En ne nous respectant pas, nous amoindrissons notre Estime de nous-même. Nous nous disons que nous ne méritons pas ce Respect car nous sommes de peu de valeur. Celui-ci passe par la congruence entre nos ressentis et nos actes. Nous avons besoin de rester fidèle à nos sentiments, à ce que nous ressentons au fond de nous, sinon, nous rentrons en souffrance.

  • Se Respecter, c’est considérer ses besoins. C’est s’écouter.
  • Se Respecter, c’est affirmer qui l’on est, ses valeurs, ses désirs. C’est être authentique, vrai, ne pas mentir ou se mentir pour tenter de cacher la vérité de notre Identité.
  • Se Respecter, c’est prendre soin de soi (physiquement : sommeil, alimentation, activité physique, mais aussi mentalement). Prendre du temps pour soi (loisirs, massage,…)
  • Se Respecter, c’est savoir dire NON. C’est exprimer ses besoins. Oser demander. Savoir recevoir.
  • Se respecter, c’est bien sûr aussi parfois rentrer en conflit avec l’autre, oser affirmer ses positions, sa différence. C’est assumer ses choix. Prendre le risque de ne pas répondre aux attentes d’autrui, de le décevoir. Ne plus s’enfermer dans la définition que notre entourage a de nous.
  • Se Respecter, c’est aussi être conscient des mots que nous utilisons à notre encontre. Notre parole est importante. Si nous nous traitons d’idiot, d’incapable, nous allons assimiler dans notre esprit cette idée et y croire. Alors soyons vigilant et cessons de nous dévaloriser.
  • Se Respecter, c’est aussi cesser de nous comparer aux autres en pensant que nous sommes moins belle …, moins intelligente… moins créative…Nous portons un jugement de valeur sur nous-même. Mais finalement, nous sommes tous unique, chacun par sa spécificité. Nous envions les autres parce qu’ils assument leurs qualités alors que nous ne voyons pas notre plein potentiel. Cependant ce que nous jalousons ou admirons chez l’autre, nous l’avons également en nous, mais refusons de le voir, de l’accepter. Alors comprendre cette jalousie, cette envie, nous permet de prendre conscience des aspirations de notre Être. Prenons cette tendance à la comparaison comme une source d’inspiration pour aller de l’avant. Au fur et mesure, celle-ci disparaitra.

Pink «  Funkin’ Perfect » : Clip dur à regarder mais qui montre à quel point il est difficile de respecter qui nous sommes vraiment

Je prends conscience de tout cela aujourd’hui. A l’époque, je pensais avoir agi ainsi par générosité, par amour. Mais est ce vraiment de l’amour si on se regarde comme le Sauveur de l’Autre ? Car oui effectivement je le « sauvais » mais je lui enlevais également la responsabilité de sa décision. Je me plaçais comme Sauveur et Victime également…

Mon regard sur mon passé te semble peut être critique. Cela n’est pas le cas. Je comprends la jeune femme que j’étais, innocente et naïve. C’était son premier grand amour. Elle cherchait juste à continuer à être aimée. Elle reproduisait ce qu’elle connaissait.

Inconsciemment, je pense que j’en ai longtemps voulu à S. de sa lâcheté, de m’avoir « trahie ». Mais finalement, la responsabilité me revient. J’avais accepté l’inacceptable.


 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.