Face à mes émotions

Je reviens vers toi avec cette envie de partager mon ressenti d’hier. Un coup de fil a suffi à chambouler mon état d’esprit de la journée. Cet appel a été avant tout un coup de poignard donné à mon cœur. Quelques mots, une phrase tout au plus, et mon estomac s’est noué, l’air dans mes poumons s’est fait plus rare.

Une fois de plus, je ressentais cette sensation d’étouffement, comme si mon corps était trop petit pour moi. Quelques heures ont passé et j’ai eu le besoin de retranscrire ce ressenti.

Finalement c’est le terme Jalousie qui est venu à mon esprit, même si je ne suis pas sûre que cela soit le terme exact. Il est souvent difficile de savoir exactement par quelles émotions nous sommes traversés. Cela est d’autant plus compliqué si, comme moi, vous les avez refoulé pendant si longtemps.

Ah les émotions, ce mot est entré dans ma vie, il y a quelques mois à présent. Avant, je dois dire qu’il m’était presque inconnu. Dans mon enfance, on aurait presque dit qu’il était tabou. Quoi ? Dévoilez ce qui se cachait à l’intérieur de soi? Non, il fallait toujours faire bonne figure, montrer que tout allait bien. Dans ma famille, on était fort. On avançait coûte que coûte. Il n’y avait pas de place pour les pleurs, les colères, les peurs et pas pour la joie non plus d’ailleurs. On avait un devoir à accomplir !

J’ai donc grandi sans ce repère. Mes parents, n’étant pas non plus, connectés à ce qui se passait en eux.

Mais en fait, c’est quoi au juste une Emotion ?

Avant tout c’est une alarme. Un signal nous indiquant qu’un de nos besoins fondamentaux n’est pas comblé. Notre corps nous indique d’abord une rupture d’équilibre : notre cœur bat plus vite, nous avons chaud, froid, nos mains deviennent moites, … Ces sensations corporelles sont présentes pour que nous puissions prendre en compte ce « cri « » de notre cœur «  : Attention danger !!! Là, cet évènement te met en contact avec une expérience passée qui t’as fait mal, où tu as souffert » ou bien « tu es heureux mais il te manque quelque chose… » 

En refusant d’écouter ce qui se passe en nous, nous nous trahissons, nous n’écoutons pas ce que notre âme a à nous dire. C’est là d’où vient notre souffrance. Nous renions nos besoins. Nous culpabilisons également de notre impuissance à pouvoir tout contrôler. On se sent dépossédé, dominé par quelque chose de plus fort que soi.

Alors selon Rachael Jack de l’Université de Glasgow, il y a 4 émotions de base :

  • La Colère :

Elle nait souvent d’une frustration, d’un sentiment d’injustice, d’une entrave à notre liberté, d’une impuissance ou encore d’une remise en cause de nos valeurs

Notre besoin qui s’exprime à travers cette colère est une demande de réparation, une volonté de justice, une écoute et une compréhension de nos ressentis, un respect de notre «  territoire »

  • La Peur :

Nous avons peur en face d’un danger ( réel ou imaginaire ) ou de l’inconnu, quand nous nous sentons en insécurité.

Notre besoin ici est bien sûr de se sentir en sécurité, protéger, aider. Nous avons également envie d’obtenir des informations pour être rassuré.

  • La Tristesse

La tristesse nous évoque la perte, la séparation, l’échec

Par cette émotion, nous recherchons le réconfort, l’écoute, l’empathie, mais aussi parfois au contraire nous souhaitons nous isoler, nous mettre en retrait afin de pouvoir commencer le processus de «  deuil »

  • La Joie

Ah enfin une émotion positive !!!

La joie nous ouvre à la vie, aux autres, au partage.

Elle comble notre besoin de lien, de connexion à l’autre et au monde. Quand nous sommes en joie, nous savons que nous sommes sur le bon chemin, celui de l’épanouissement. Elle permet donc de nous aider à faire des choix. En effet, quand nous sommes heureux avec une personne ou dans l’activité que nous pratiquons, nous savons que nous sommes à notre juste place.

Justement, je suis en joie en écrivant ces mots. Je sens que mon cœur me dicte de partager mes sentiments et mes apprentissages avec toi.

Alors tu vas me dire. Ok c’est bien beau de savoir tout çà mais concrètement comment je fais pour ne plus me laisser submerger par mes émotions ? Pour ne plus les laisser diriger ma vie ?

Alors un seul mot : ECOUTES

  • Accueilles l’émotion

Quand tu la sens poindre le bout de son nez, repères sa nature en fonction des signaux de ton corps. Inspires à fond, bloques ta respiration pendant 4-5 secondes, expires à fond. Le blocage de la respiration empêche en effet tes pensées de circuler

  • Observes la

Où est-elle située dans mon corps ? Qu’est ce que je ressens dans mon corps ( gorge nouée, contraction des muscles, chaleur au niveau du plexus solaire, … )

J’observe simplement sans modifier l’expérience. Je laisse les choses évoluer, se dérouler, sans jugement. Cela permet d’être dans l’instant présent et de calmer le mental.

  • Nommes ou dessines même ton émotion ?

Quels sentiments est-ce que j’éprouve ? Quels noms pourrais-je leur donner? Est-ce intense ? Léger ? A quelle émotion de base est-ce relié ( joie, peur, tristesse, colère ) ? Et si je devais mettre d’autres mots plus subtiles quels seraient-ils ?

Comment je me sens après avoir mis des mots sur ce que j’éprouve ?

  • Acceptes la

Alors oui, elle nous fait mal  souvent ( sauf pour la joie bien sûr ), on voudrait qu’elle disparaisse. Mais si on se réconciliait avec elle, si on l’accueillait comme une amie qui nous veut du bien. Car plus tu l’accepteras moins elle te fera souffrir finalement. Plus tu luttes, plus elle se renforce.

Comment accueillir une émotion. http://www.kaizen-magazine.com/comment-accueillir-une-emotion/

 Dessin animé qui parle des émotions  » Vise Versa »

Faire cet exercice régulièrement te permettra de les identifier de mieux en mieux et de mettre des mots justes sur tes émotions.

Ma relation avec l’émotion est assez récente, mais depuis que je l’écoute, que j’essaie de comprendre ce qu’elle me dit, je me sens plus apaisée, plus sereine. Avant je passais des journées, voire des semaines entières à ressasser un évènement. Aujourd’hui, je retrouve mon équilibre plus rapidement. Bien sûr, parfois elle est si intense que je me laisse encore submerger, mais bon il faut de l’entrainement et puis je suis sur le chemin…Alors j’accepte mon imperfection…

A bientôt

Sophie


 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.