Femme Duelle

Femme duelle, femme éternelle.

Un conflit jaillit en moi. Je ne suis jamais vraiment ceci ou cela. Pleine de contradictions. Je peux être à la fois eau calme et feu brûlant, généreuse et égoïste, tendre et cruelle, douce et dure, indépendante et avoir besoin de l’autre, solitaire et aimant les rencontres. Je suis le blanc et le noir.

J’ai toujours cru devoir choisir, rentrer dans une case. Je le vivais comme une oppression, un enfermement. Différente, hors norme encore. Je ne comprenais pas que cette dualité avait toute sa place.

Si la solitude me rassurait et m’apaisait, je croyais que je devais m’y cantonner. A certains moments je sentais pourtant cette envie de découverte, de partage, de communication avec l’autre. Grandir par les échanges, la confrontation, le rapport à l’autre. Etais-je contrainte à choisir ? Je le pensais. Aujourd’hui, je comprends que j’ai le droit de vivre cette dualité. Je ne suis pas qu’une, mais plusieurs personnes à la fois. Les besoins sont différents selon les périodes de vie, les états d’esprit, les humeurs. Être seule parfois pour se reconnecter à soi, à son énergie, sa force. Retrouver un équilibre. Prendre le temps de se retrouver pour mieux rejoindre l’autre. S’écouter pour mieux entendre.

Garder son indépendance, sa liberté, s’autoriser à vivre des moments de solitude, mais faire confiance à autrui et savoir que l’autre est également important dans son existence, que l’on peut compter sur lui et son soutien. Oser demander de l’aide, se montrer vulnérable parfois. Oui être forte mais se permettre également de faire preuve de faiblesses. Ne pas les cacher, les enfouir sous un égo mal placé.

Être lisse, sans aspérités, sans fioritures qui dépassent, voilà qu’elle était ma croyance. D’un aspect calme, réservée, pleine de douceur, je sens pourtant parfois le côté animal, sauvage qui cherche à s’émanciper. Cet instinct plus primaire, connectée à mes sens, aux odeurs, au contact charnel, au goût. Il est à la fois relié au plaisir et à un côté plus sombre. Je sors mes griffes, montre les dents et me met sur la défensive. Longtemps reniée, cette partie de moi s’est sentie rejetée. Pourtant, elle est moi aussi. Oui j’ai le droit d’être en colère, de ne pas toujours avoir des réactions à la hauteur de ce que je sais être la réponse adéquate. Donc à la fois chatte et lionne à certains moments. Cette lionne sort de sa savane quand elle se sent attaquée, blessée, agressée. Elle se protège. En devient dure et froide quelque fois. J’ai a à ce moment-là besoin de confiance, d’être rassurée, aimée pour à nouveau me sentir apaisée et retourner à la sérénité.

Refuser cette dualité, c’est mettre en opposition deux parts de soi, c’est être sujet à un conflit intérieur, engendrant stress, résistance, tension dans le corps. Alors acceptons qu’elle soit nous aussi. Donnons de l’amour à chaque facette de notre Être. Regardons nous avec bienveillance et compassion même quand nous sommes en colère, lâche, jaloux,…

Simplement le reconnaitre. Prendre conscience de nos émotions, de ce que nous ressentons, de nos pensées et se dire que c’est OK. Oui je vis cela en ce moment, et c’est juste à cet instant précis. Laisser être et accepter.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.