Laisser partir…

Laisser partir… Arrêter de résister à ce qui doit être…Arrêter de vouloir conserver des choses qui finalement ne me correspondent plus. Lâcher des croyances qui appartiennent au passé. Accepter d’aller de l’avant sans me retourner. Garder le meilleur, tirer des leçons de mes échecs, des moments difficiles de la vie, mais sortir du ressassement. Finalement ce qui a été ne peut être modifié et devais être vécu. Encore et toujours me pardonner mes errements, mes faiblesses, mes lâchetés. Recevoir car c’est si bon d’accueillir également ce que l’on souhaite m’offrir. Donner par pure bienveillance, dans le simple don de soi sans attente.

Afficher l’image source

Laisser aller. Les larmes coulent, mon cœur se déverse de toutes ces émotions enfouies, toutes ces rancœurs, de cette détresse, ce sentiment d’abandon, de rejet, de solitude. Tout cela est rattaché à une autre vie, à une Sophie perdue dans un océan de tristesse. Elle est cette petite fille en moi mais aujourd’hui je prends soin d’elle. Je souhaite vivre le moment présent, profiter des bonheurs que la vie m’apporte et non plus être en focus sur ce qu’elle m’a pris. J’ai envie de croire en mes projets, me lancer des défis, vivre enfin l’existence qui m’a été donnée.

La notion de rupture a de longue date été compliquée pour moi à accepter. La fin d’une relation amoureuse, d’une amitié, d’un métier… Je revivais sans cesse cet abandon premier. C’est comme si les personnes qui sortaient de ma vie emportaient avec elles une partie de moi. Je cherchais à tout prix parfois à garder le lien. Ainsi j’ai encore des échanges, certes brefs et irréguliers, avec S. et F. Jusqu’à présent j’ai eu besoin qu’ils fassent toujours parti, même de manière lointaine, de mon existence. J’avais et ai certainement encore, cette nécessité de conserver une attache avec les personnes que j’ai aimé. Le fait par exemple d’avoir perdu contact avec N. me pèse toujours. Il manque à ma vie.

Et pourtant laisser partir, c’est permettre le vide et faire de la place pour d’autres rencontres plus belles encore. Car la nature a horreur du vide et le rempli donc cet espace libre.

Afficher l’image source

Mon égo résiste, refuse, combat ce qui toutefois doit être. Une tension se crée dans tout mon corps. Il veut garder un mode de fonctionnement, des pensées, des croyances qui ne sont plus en adéquation avec mes envies, mes besoins actuels. Oui j’ai toujours peur, mais malgré cela je souhaite vivre, aimer et prendre le risque de réaliser ce en quoi je crois. Mon égo lutte, il craint d’être lui aussi abandonné. Il angoisse à l’idée de sortir du connu.

J’essaie de le comprendre, de le rassurer. Pendant toutes ces années, il m’a aidé à tenir, à continuer mon chemin, alors je le remercie pour cela. Je peux à présent reprendre les rênes, suivre l’appel de mon âme qui me mène sur une autre voie, plus risquée sans doute mais plus conforme au sens que je désire donner à mon existence.

Lâcher pour mieux renaitre, pour ouvrir le champ des possibles. Je me sens accompagner sur ce sentier.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.