Papa,

Mon père, ce roc, mon modèle, celui que j’admirais. Il semblait être tout ce que je n’étais pas : fort, sûr de lui, indépendant, courageux, libre. Il ne se conformait pas à la société et en était fier. Il vivait selon ses propres choix, loin des contraintes que veut nous édicter le monde. Il faisait ses choix, suivait ses envies, ses désirs. Egoïste d’une certaine façon on pourrait dire, mais il osait juste affirmer qui il était et ce à quoi il aspirait.

J’aurais voulu être comme lui, me détacher du regard des autres, m’imposer, avoir son charisme.

Il représentait un exemple de Liberté. Mélange de force et de sensibilité.

Finalement, à la fin de sa vie, cet homme que je croyais « invincible », s’est transformé en être fragile, triste, plein de rancœur. Je ne l’ai plus vu comme mon héros, mais comme un simple Homme. Je pense lui en avoir voulu. Il me confrontait à une réalité : même mon père ne pouvait affronter la vie. Si ce n’était pas le cas alors comment moi, serais-je en mesure de « survivre »? Il me montrait que l’existence était si difficile, que malgré les efforts, cela ne servait à rien. J’étais en colère, parce que, moi, je voulais encore y croire. La vie était plus grande, plus belle que çà. Il n’avait pas le droit de baisser les bras, pas le droit de me faire défaut. Il devait me donner l’espoir, l’envie de continuer le chemin, parce que bien sûr le bonheur était au bout. J’avais besoin de cette perspective.

Il avait fini par jeter l’éponge, s’enfonçant dans la mélancolie, les regrets, la tristesse. Il m’avait abandonné bien avant son décès. Me montrant que l’Amour fait mal, qu’il brise les coeurs, qu’il est capable de faire s’effondrer même l’homme le plus robuste. Aimer peut conduire à la mort, voilà ce que j’ai peut être inconsciemment retenu de son décès. D’où ma difficulté à accueillir un homme dans ma vie, à m’ouvrir à l’amour.

Il était fort mais ce manque d’Amour l’a tué. Est ce qu’alors je ne suis pas moi-même en mesure d’en mourir?

Il a fait qui je suis aujourd’hui, par ses beaux et ses moins beaux aspects. Il m’a appris à être indépendante, à ne compter que sur moi, à être forte, à toujours avancer malgré les difficultés. Il m’a enseigné l’ouverture d’esprit, la soif de découverte, à toujours être curieuse, à remettre en question, à être généreuse, proche de la nature.

J’ai cette force qu’il avait en lui.

Mais j’ai aussi hérité de ses doutes, de ce manque de confiance en l’autre, de cet esprit solitaire. Cette croyance que le monde est cruel, qu’il faut se méfier de L’Humain, que seule la famille peut être un refuge.

En fait, j’ai absorbé cette négativité, cette peur de l’autre. J’ai grandi en pensant que je ne pouvais croire en personne, que j’étais mon seul soutien. Alors oui, je lui en veux pour cela. Je lui en veux d’avoir longtemps cru que la Terre était emplie d’ennemis potentiels qui ne cherchaient qu’à me faire du mal.

C’était sa vision, sa douleur, sa blessure. Elle ne m’appartient pas.

A présent, je lâche cette croyance. Je regarde mon père avec tendresse et compassion, en lui disant que je comprends sa peine, cette impression d’avoir été abandonné par Dieu. Il a pourtant toujours été là pour lui.

Alors oui mon père n’était qu’un Homme, alors puis-je accepter le fait que je ne suis qu’une Femme, avec ses faiblesses, ses doutes, sa lâcheté, ses peurs?…

Aujourd’hui, je garde de lui nos beaux instants passés ensemble, ces balades en pleine nature, ces repas partagés, ces discussions sur le monde, son regard sur moi et sa bienveillance à mon égard. Je crois qu’il voyait ma sensibilité, qu’il lisait dans mon âme mon amour de l’autre et avait peur pour moi.

Alors à cet Homme, mon père, je lui dis Merci et Je t’Aime

Nous portons souvent en nous les croyances et le regard que nos parents portaient sur la vie. Il est important pour nous afin de grandir et pouvoir évoluer de savoir en prendre conscience et les remettre en question.

Cette croyance m’appartient-elle? Ai-je envie de la faire vivre dans ma vie? A t-elle encore une raison d’existence aujourd’hui? Puis-je la lâcher et la remplacer par une autre?

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.