Prendre sa place

Croire que l’Autre veut nous envahir, nous réprimer, nous enfermer dans sa volonté. Oui, je l’ai longtemps cru.

Rendre l’autre responsable de ce sentiment de suffocation, de cette impression de perte de liberté.

Finalement, je me rends compte que nous avons la liberté que nous nous donnons. Parfois nous nous restreignons nous-même. Nous n’osons pas prendre cette place qui nous est pourtant destinée. Nous avons peur, nous croyons ne pas être capable, ne pas la mériter. En refusant de prendre cet espace, l’autre considère qu’il peut se permettre d’élargir son territoire, qu’il peut nous demander plus, qu’il peut prendre davantage le contrôle de la situation, des évènements.

Si effectivement, au départ nous étions sûrs de nous, convaincus du droit que nous avons à exister, de notre légitimité à dire, à nous exprimer, l’autre ne tenterait pas d’envahir notre sphère. Il comprendrait et resterait à sa juste place.

C’est notre manque de confiance, notre crainte de perdre l’estime, l’amour de l’autre, notre culpabilité face à lui, qui nous mène souvent à cette frustration. Nous accusons l’autre de nous envahir alors que nous avons laissé la porte grande ouverte. Nous offrant par la même à notre bourreau.

Nous ne sommes pas victimes. Nous acceptons inconsciemment de nous sacrifier à l’autre.

Pourquoi ?

Pourquoi nous est-il impossible de poser des limites ? Pourquoi préférons nous répondre aux attentes de l’autre plutôt que de suivre nos besoins ? Pourquoi pensons nous que son bien-être est plus important que le nôtre ?

Telles sont les premières questions auxquelles nous devons répondre. Elles sont les clefs qui nous permettrons d’accéder à cette confiance intérieure.

Le combat de Rosa Parks
Rosa Parks

Il arrive pourtant que nous trouvions la force de dire STOP. Nous osons affronter l’autre. Nous nous opposons alors à lui, non pas de façon claire et posée, mais dans la violence, dans la dureté. Nous voulons nous imposer, nous faire respecter.

Cependant notre fragilité intérieure, cette « affirmation de soi » encore fébrile, encore précoce, n’a pas le mode d’emploi. Notre peur, notre inexpérience nous plonge dans un antagonisme profond. Nous passons d’un extrême à l’autre. De « paillasson » nous nous transformons en « tyran ».

Acceptons ce besoin d’ajustement, ces tentatives infructueuses, ces réactions disproportionnées que nous considérons comme des névroses.

Nous apprenons simplement. Nous expérimentons un autre mode de fonctionnement. Toute nouveauté a ses échecs.

Trouvons peu à peu un équilibre. Prenons confiance. Autorisons nous de plus en plus à prendre notre place, celle qui nous appartient. Celle qui nous est destinée.

Ancrons nous dans la terre. Sentons nous pleinement présent ici et maintenant. Donnons nous la liberté d’exister, de respirer, de vivre telle que nous sommes, en Être imparfait.

Nous aussi nous avons droit de dire NON, de nous exprimer, d’affirmer nos besoins, nos envies, nos aspirations. Mais apprenons à le faire tout en étant à l’écoute de l’autre.

Soyons vrai, authentique et disons les choses simplement avec notre coeur.

Osons prononcer ces mots avec douceur, avec compassion et empathie.

Certes il est important pour notre bien-être de vivre en intégrité, mais sachons aussi comprendre le « langage » de l’autre.

Ecoutons ses besoins pour essayer de créer ensemble une relation harmonieuse où chacun trouvera et gardera sa juste place. Communiquons avec lui, sachons lui expliquer, parce que nous croyons aux mots prononcés. Soyons résolu mais ouvert.

Une fois notre force intérieure retrouvée, notre Être enraciné et sûr de sa puissance, nous n’aurons plus peur de nous perdre dans la volonté de l’Autre. Nous saurons que quoiqu’il arrive nous saurons défendre notre territoire. L’autre prendra conscience qu’il ne lui sert à rien de continuer son avancée. Il n’arrivera pas à escalader la montagne face à lui. Il préférera donc rester dans son espace.

C’est en nous aimant davantage, en nous autorisant à être qui nous sommes, en prenant conscience que notre présence sur cette Terre est légitime que nous accèderons à notre Liberté

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.