Remettre en cause ses croyances?

Après l’écoute du Podcast d’Isabelle Padovani « Souviens-toi de ta Grandeur », je me suis sentie connectée à mes rêves et à la joie qui est en moi, une plénitude et une paix profonde m’ont envahi.

Je retrouvais cette force et la confiance en une vie plus belle que je me sais capable aujourd’hui de construire.

Cette existence, qui m’apparaissait il y a encore quelques années comme sombre, douloureuse, où la mélancolie, la tristesse faisaient partie intégrante de moi, je retrouve  aujourd’hui l’espoir et j’ai la conviction que chacun d’entre nous peut arriver à accéder à sa Lumière.

J’ai longtemps laissé le poids du passé, de mes anciennes souffrances dicter mes choix. J’avais fermé mon cœur à la joie, à l’amour. J’avais laissé la peur me contrôler. C’est elle, malgré quelques sursauts de liberté, qui m’enfermait dans des pensées négatives et m’éloignait des aspirations de mon cœur. Cette peur, en voulant me protéger du malheur, me coupait du monde, des relations avec autrui, des émotions.

Je me suis construit l’image d’un environnement hostile, prêt à me faire du mal, où seules la déception, la frustration et la trahison m’attendaient. Ce sont ces croyances qui m’enchaînaient, me détournaient de mon chemin et de la voie vers mon accomplissement et épanouissement. J’ai longtemps cru à travers elles que je n’avais pas ma place sur cette terre, qu’il me serait à jamais impossible d’accéder à l’amour et au bonheur. Qu’ils n’étaient tout simplement pas pour moi.

Aujourd’hui j’ai compris que j’étais l’unique responsable de cet emprisonnement et qu’il ne tenait qu’à moi d’avoir une vie plus belle. Que tout était possible si j’avais le courage, l’envie et si je faisais confiance à l’Univers.

J’ai laissé ces croyances définir qui j’étais, mais il est temps d’abandonner celles dont je ne veux plus, celles qui ne sont plus qu’un frein à mon avancée et qui n’ont plus lieu d’être. Celles basées sur une histoire que je me suis créée, sur des interprétations, des affirmations et des pensées qui ne m’appartiennent pas. Ce sont ces croyances qui conditionnent notre conduite, nos habitudes de réflexion, qui nous limitent. Alors je laisse la place à une nouvelle énergie basée sur la vérité, l’authenticité.

Comment se construisent ces croyances ? Elles nous ont souvent été transmises d’abord par nos parents durant notre enfance, puis par les expériences que nous avons eues dans nos rapports avec notre cercle social proche (l’école, les amis, la famille), mais également la société et notre milieu culturel. Tout notre vécu bon ou mauvais s’inscrit dans notre mémoire consciente ou inconsciente. Nous enregistrons toutes ces données et les classons dans notre cerveau. Nos réactions sont donc programmées par ces informations retenues.

Si l’on nous a dit plusieurs fois enfant que nous étions maladroit, nul, ingérable, alors au fur et à mesure c’est comme cela que nous allons nous définir. Nous commençons à croire qu’effectivement nous sommes ainsi et que l’on sera comme çà toute notre vie. La croyance se met en place. Et bien sûr la réalité nous renforcera dans cette opinion car vous ne retiendrez dans votre esprit que les moments où effectivement vous avez été maladroit, en échec ou incontrôlable. Et même nous nous saboterons nous-mêmes parfois pour donner raison à ces croyances.

Ex : Je crois que je suis incapable d’obtenir ce travail parce que je ne me sens pas compétente, je ferais rater mon entretien d’embauche et ainsi je pourrais bien confirmer mon incompétence puisque je ne serais pas embauchée.

Nous trouverons donc toujours des preuves pour vérifier leur exactitude.

Les croyances sont donc des pensées que l’on juge comme vraies et que l’on ne remet que difficilement en question. Elles peuvent être soit aidantes car elles nous permettent d’avoir une vision favorable de nous, des autres et du monde qui nous entoure, soit elles seront justement négatives et entraîneront des blocages et nous empêcheront d’avancer. Je parlerai ici de celles-ci puisque ce sont elles qui nous limitent.

Il y a 3 types de croyances :

  • A propos de nous-mêmes :

Nous avons une mauvaise estime de nous-même, manquons de confiance en nous. Nous nous jugeons incapable d’effectuer certaines actions, ne voyant pas nos talents. Ces croyances sont dues principalement à notre éducation, aux critiques ou moqueries subies enfant ou adolescent, nos échecs. Ce sont des histoires que nous nous racontons sur nous-mêmes : je suis une femme donc je ne peux pas être plombier, je suis trop vieux pour retrouver un travail, je ne suis pas assez intelligente pour obtenir ce poste, je n’y arriverais jamais car je ne suis pas assez sportive, etc…Je suis trop ou pas assez…

  • A propos des autres et du monde

Elles sont le résultat de traumatismes impliquant d’autres personnes, de répétitions d’évènements négatifs avec des copains d’école, des professeurs, des petit(e)s ami(e)s, notre entourage…

Ces croyances créent des difficultés relationnelles. Nous conduisent à des peurs, que ce soit d’autrui ou de la vie en globalité.

Ex :

La vie est dure et cruelle, ne fais pas de cadeaux.

Je dois souffrir et me battre pour obtenir ce que je veux.

Je ne peux faire confiance à personne car les autres vont me trahir

Les gens sont égoïstes et ne pensent qu’à leur propre plaisir

  • Les croyances collectives :

Ce sont des théories, des affirmations sans réelles justifications transmises par la société

Ex : Les Français sont râleurs, les Italiens séducteurs, les personnes âgées ne savent pas rouler, les gens qui ont trop d’argent sont des voleurs, les jeunes n’ont plus de respect pour autrui, …

Il est avant tout important pour pouvoir évoluer, de nous rendre compte des croyances limitantes qui nous entravent et pouvoir ensuite les transmuter.

Exercice :

  • Fais une liste de tes croyances

Ex : Je suis nulle, je ne suis pas faite pour les études, je ne suis pas intelligente, …

  • Puis pour chacune d’elles notes qu’elle est son origine

Ex : Mon père a dit que j’étais bête, mes professeurs me disaient que je n’étais pas faite pour l’école, …

  • Quelles sont les hypothèses que tu poses à propos de toi, des autres et du monde suite à ces croyances ?

Utilises la question : Si… (mettre la croyance) cela veut dire que… ?

Ex : Si tous les hommes sont infidèles, cela veut dire pour toi que…. ? Je ne peux pas leur faire confiance. Et si tu ne peux pas leur faire confiance, cela veut dire que… ?

Cela permet de creuser la croyance. De voir peut-être quelle est celle qui se cache plus profondément et que l’on ne perçoit pas au premier abord.

  • Quels sont les besoins qui se cachent derrière cette croyance

Ex : Je suis timide car j’ai besoin de me sentir en sécurité

  • Est-ce que cette croyance est vraie ? Est ce qu’elle m’est utile ? Est ce qu’elle me fait du bien? Est-ce que cette croyance est reliée à une expérience du passé et est ce qu’elle m’aide encore aujourd’hui ?
  • Par quelle croyance positive pourrais je remplacer cette croyance limitante ?
  • Quelle première action pourrais je faire pour dépasser cette croyance ?

Ces pensées nous ont accompagné pendant des années, conditionnant nos habitudes. Il est pourtant possible, au fur et à mesure, avec régularité, de les modifier. Nous pourrons nous rendre compte que ce que nous croyions vrai ne l’est peut-être pas et qu’il est encore temps de changer ce qui ne nous convient plus. Nous sommes tous capables d’être la personne que nous souhaitons être.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.