S’écouter pour s’aimer

Je te parlais dans un précédent article de l’Ecoute.

Aujourd’hui c’est vraiment l’Ecoute intérieure que je souhaite évoquer. Être dans le ressenti, observer ce qui se passe en nous, nos émotions, pensées. Qu’est ce qui vibre en nous, nous met en joie, nous apporte de la légèreté, du bien-être ? Prendre conscience de ces moments où nous nous sentons vraiment alignés avec qui nous sommes.

Qu’est ce qui nous rend heureux, avec qui se sent-on apaisé, en confiance ? Comment réagit notre corps à telle ou telle situation ? C’est par lui que nous pouvons trouver les réponses à nos questions. C’est lui qui sentira une tension, un malaise, une agitation, un oppressement si tu te trouves confronté à des relations inappropriées, si tu ne te sens pas à ta place, pas écouté, pas reconnu.

En cas de stress physique, interroges ton corps. Que cherche-t-il à te dire ? Quels conseils souhaite-t-il te donner, sur quoi désire-t-il attirer ton attention ? Notre corps nous parle, encore faut-il être prêt à l’écouter. Cette écoute est indispensable à notre intégrité.

Vivre une vie en cohérence avec nos aspirations profondes.

Le mental nous mène souvent en bateau. Nous partons à la dérive, ne sachant plus trop ce que nous désirons, vers quoi nous souhaitons aller. Aujourd’hui prendre tel chemin, pour bifurquer vers un autre le lendemain… Perdus dans son tourbillon de pensées, ressassant les anciennes croyances, nous nous sentons perdus. Revenir à sa respiration, à ce qui se passe à l’intérieur de nous, chanter même parfois, permet de revenir à l’instant présent, de se recentrer. Apaiser le mental et revenir à son corps. Repenser à cette situation qui nous interroge et laisser venir les sensations corporelles. Quelles sont nos émotions ? Où se situent-elles ? De quoi a-ton besoin dans cette situation ?

Parfois le simple fait d’observer son corps, ses réactions spontanées face à certaines personnes permettent de mettre en avant nos choix. Si un malaise se fait sentir, si nous avons un mouvement de recul, une indisposition, c’est que notre âme cherche à nous informer que l’énergie de cette personne n’est peut être pas bonne pour vous.

S’écouter c’est avant tout se respecter. C’est comprendre que ton corps a toujours raison, même si cela peut sembler incohérent, même si les gens autour de toi sont dans l’incompréhension face à tes attitudes. Tu as le droit de ressentir ce que tu ressens. Tu as le droit de dire ta gêne. Tout est juste si tu prends soin de vivre en harmonie avec tes ressentis. Ton intuition te guidera sur ton chemin et prendre des décisions sera par la même plus facile.

Vivre en conscience de se qui se passe en vous est la clef. Toi seul peut savoir ce qui est bon pour toi. Observes, sois dans le ressenti, questionnes toi, ainsi tu trouveras les réponses à tes questions. Tu peux bien sûr être accompagné sur ce chemin par un thérapeute, un coach, mais sois vigilant à ce qu’il soit vraiment à ton écoute, te questionnant sans jamais te diriger. Sois acteur de ta vie. Ne laisses personne t’enfermer dans sa vision de la vie. Ais la tienne!

Pendant longtemps, j’ai laissé les autres définir ce qui était juste pour moi. Je sentais parfois corporellement que j’étais dans la mauvaise direction, avec les mauvaises personnes, que ma place n’était pas là, pourtant je restais parce que je pensais que c’était ainsi que je devais être, que je devais me comporter. Pour être intégrer, pour être « normale », je devais me conformer à ce que l’on attendait de moi. Je sentais un malaise dans mon Être mais je ne m’écoutais pas.

Il y a peu de temps encore, je me suis retrouvée dans une relation où me corps, mon âme m’indiquait que je n’étais pas sur la bonne voie. J’avais besoin de temps, d’apprendre à connaitre la personne, de voir si l’on pouvait évoluer ensemble. Mais face à son désir, son impatience, une oppression, une angoisse montait en moi. Je croyais qu’il s’agissait d’une peur de l’engagement, mais finalement j’ai pris conscience qu’il ne s’agissait tout simplement pas de la bonne personne pour moi. Je ne me voyais pas construire une histoire d’amour avec cet homme. Malgré le fait qu’il cochait la plupart de mes critères, qu’il soit attentionné, à l’écoute, intelligent, mon cœur m’indiquait que je faisais fausse route.

Cet homme attendait trop de moi, m’enfermant dans sa vision de l’amour. J’avais la sensation de devoir combler un manque en lui. Il me demandait de répondre à ses attentes, ce dont j’étais incapable. Dans un premier temps, j’ai cru que le frein venait de ma « névrose », que quelque chose en moi, des blessures passées faisaient obstacles. Finalement, mon âme me disait que cet homme ne me correspondait pas, qu’un décalage énergétique se faisait sentir. Je ne pouvais me laisser une fois de plus cloisonner dans l’envie de l’autre.

Je désire une relation saine, où chacun apporte qui il est dans le couple, qu’il y ai du respect, de l’écoute et de l’admiration réciproque. Être à niveau égal pour pouvoir grandir ensemble.

Je n’étais pas le problème et j’avais le droit, malgré le fait que cet homme pouvait « sembler » parfait, de ne pas être attirée par lui. Mon corps m’enjoignait de me respecter. Quelque chose ne vibrait pas juste dans cette histoire. M’autoriser à ressentir, me donner le droit de dire non, poser mes limites, m’a permis aujourd’hui de me sentir plus libre. C’est pour moi un acte d’amour à moi-même et je m’en remercie.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.