Sentiment de reconnaissance

Attendre que l’Autre reconnaisse notre existence, qu’il valide nos choix, qu’il adhère à nos actions, qu’il nous valorise. Voir dans ses yeux son admiration, qu’il est fier de nous. Nous attendons parfois toutes une vie cette reconnaissance, de notre famille, de nos amis, de la société, de nos pairs, de la direction de l’entreprise dans laquelle nous travaillons….

Tant que cette reconnaissance existe, nous nous sentons important, croyons en notre valeur, avons l’impression de compter, d’être utile. Mais quand elle n’est pas là ou qu’elle disparaît, le monde s’écroule, nous perdons tous nos repères, tous sentiments de compétences. C’est comme si l’on ne valait plus rien, d’où les dépressions ou les burn-outs à certains moments de notre vie.

Nous avons la certitude de n’avoir plus aucune valeur, que ce que nous sommes n’est pas à la hauteur, pas assez bien. La dévalorisation nous envahit. Si l’Autre ne nous considère plus c’est sans doute qu’il a raison, que nous ne sommes pas un Être méritant son attention.

Se remettre à l’Autre pour nous reconnaître en tant qu’Humain, en tant que personne ayant droit à l’amour, ne met en avant que notre incapacité à nous aimer nous-même. Nous ne nous reconnaissons pas à notre juste valeur, pensons ne pas être suffisamment intelligent, beau, « aimable », compétent, pour pouvoir recevoir. Nous faisons tout notre possible pour qu’une personne extérieure nous donne cette reconnaissance, tentons d’être parfait, de toujours travailler plus, de donner plus, mais c’est une spirale sans fin. Nous nous perdons, nous épuisons à vouloir atteindre cette perfection, cette reconnaissance, qui parfois nous sera effectivement donnée, mais parfois refusée ou reprise.

Alors comment faire pour se libérer de ce besoin ?

Cela passe avant tout par l’Amour de soi, par prendre conscience de ses qualités, de ses talents, de tout ce que l’on a à apporter en tant qu’Être humain, que l’on a autant de valeur qu’une autre personne.

Essayons de juste faire de notre mieux, sans pour autant se mettre une pression insoutenable.

S’affranchir regard de l’Autre. Il ne fait pas qui nous sommes, ne nous donne pas l’autorisation d ‘Exister. Nous devons nous donner nous même cette autorisation et choisir notre chemin. Celui qui nous ressemble.

Se libérer des attentes vis à vis de l’Autre. Nous lui faisons porter un poids bien trop lourd. Sur son assentiment repose notre bonheur. Or c’est à nous de le créer, c’est notre responsabilité. Cessons de la reporter sur quelqu’un d’autre. Nous reprochons à autrui ce que nous sommes incapables nous-mêmes de nous donner

Alors oui, il est agréable de voir son travail reconnu, d’être valorisé par son entourage, mais notre reconnaissance doit avant tout venir de nous-même. Être fier de qui l’on est, de notre parcours.

Si ce n’est pas le cas, se demander d’où vient cette impression de ne pas « être assez », quelles croyances je porte me concernant ? Qui me les a transmises ? Ont-elles encore lieu d’être aujourd’hui ? Sont-elles justifiées ?

Accepter de se regarder son reflet et de se dire que l’on est une Belle Personne.

A chaque fois que je vais dans ma salle de bain, je peux lire sur mon miroir  » tu es une personne de valeur », « tu es une belle personne », « tu mérites l’abondance ». Et je souris en lisant ces mots, qui me rappelle qui je suis.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.