Tu m’as trahi…

Je croyais avoir dépassé ce sentiment, mais petit rappel à ma mémoire lundi avec la réapparition dans ma vie d’un homme qui s’était volatisé comme par magie il y a un an, alors qu’il avait émis le souhait que l’on se revoit… ??

Cette blessure de trahison est à priori toujours présente en moi. Moins vivace sans doute mais d’actualité. Je crois qu’elle a atteint son apogée en l’année 1997, où les traitrises se sont succédées les unes après les autres.

A ce moment-là, je les ai pour la plupart ignoré, minimisé, considérant qu’elles étaient dues aux circonstances malheureuses. Elles ont pourtant bien été répertoriées dans ma mémoire et dans mon corps et je crois encore non digérées pour certaines aujourd’hui. Mon cœur en a été meurtri, s’est endurci, fissuré, s’est rempli de rancoeur et de larmes.

La trahison de l’ex-compagne de mon père, en transformant une relation de complicité en rejet lors de mon emménagement dans la nouvelle maison de mon père. J’avais cru à un retour à une vie familiale « normale », mais tout s’est écroulé à cet instant-là.

Celle de mon père qui ne m’a pas soutenu face à elle. (cf article « Ce sentiment que je voulais pas voir »)

Peu de temps après, lors de notre voyage en Espagne, j’ai vécu le délaissement de ma « meilleure amie » de l’époque, qui n’ai pas venu à mon aide.

Nous nous étions rendus dans l’appartement de deux hommes que nous venions de rencontrer dans un bar. Mon amie s’est très vite isolée avec l’un de ces hommes, me laissant seule avec son ami. Celui-ci est devenu de plus en plus insistant, entreprenant, jusqu’à en devenir vraiment intrusif. J’avais beau lui dire que je ne souhaitais pas répondre à ses avances, de manière virulente et de vive voix, rien ne le stoppait. Jusqu’à ce que par un coup de genou bien placé, je réussisse à m’extirper de ses « pattes ». Je pense que cet électrochoc lui a permis de se rendre compte qu’il était allé trop loin et il m’a laissé partir…

Je suis rentrée à l’hôtel complètement chamboulée, le cœur battant la chamade, pas vraiment consciente de ce qui venait de m’arriver, comme dans un état second. J’ai appelé dans une cabine téléphonique mon petit ami qui ne m’a pas répondu. Mes pas m’ont, tant bien que mal, mené à ma chambre où je me suis écroulée en pleurs.

Résultat d’images pour blessure de trahison

Au retour ma copine m’a demandé ce qu’il s’était passé. Après mon explication, son unique remarque fut « je n’ai pas compris qu’il s’agissait d’un appel à l’aide… ». Cet incident n’a plus jamais été évoqué. Nous nous sommes perdues de vue avec les années, je pense, en étant honnête avec moi-même, que ce souvenir n’y est pas étranger non plus. Je ne lui ai jamais vraiment pardonné son inaction et son manque d’empathie à mon encontre. Pour mon amie finalement, il ne s’était rien passé…Ma confiance en elle s’est non seulement évaporée, mais j’ai aussi compris que je ne pouvais compter en fait que sur moi-même, sur ma propre force pour me sauver.

S’en est suivi, dans la même année, la trahison de mon petit ami dont je te parlais. Après le week end que j’ai passé chez lui à Paris et notre première relation intime, je n’ai plus eu de nouvelles de sa part à mon retour chez moi. Après des semaines, où il me disait qu’il pensait à moi tout le temps, qu’il m’aimait, que je lui manquais et autres mots tendres, sa réaction plus que brutale et inattendue m’a déstabilisé. Mes coups de fil restaient sans réponse. Je ne comprenais pas ce changement d’attitude. Et la lettre de rupture est en définitive arrivée par la suite par courrier…

4ème trahison dans la même année. Là aussi, j’ai vite enterré cette mésaventure et ne voulait plus y penser. Pourtant, je me rends bien compte que mon rapport aux hommes déjà compliqué, s’en est encore vu détérioré. Par la suite, j’ai eu beaucoup de mal à faire confiance, à m’engager, à ouvrir mon cœur, à me dévoiler. La gent masculine en a fait les frais d’ailleurs.

C’est bizarrement, un autre homme que j’ai rencontré les semaines qui ont suivi qui m’a cependant permis de me relever petit à petit, par son écoute, sa présence, sa bienveillance. Il était là pour moi, avec son amour, même si moi, je n’étais pas prête à l’aimer. Il m’a redonné l’envie de croire qu’il existait de belles personnes, en qui on peut avoir confiance. Bien que nous ne sommes plus en contact, je repense souvent à lui et lui suis tellement reconnaissante. Je n’ai jamais pu lui dire à quel point la place qu’il a eu dans ma vie à ce moment là a été essentielle. Il m’a aidé à avancer, à croire en moi. Même s’il ne lira pas ces mots, je souhaite ici lui dire un profond MERCI.

Les années ont passé, d’autres trahisons ont suivi, notamment amoureuses Mais celles-ci ont été les plus marquantes, car successives. Finalement ce n’est vraiment qu’aujourd’hui qu’elles m’interpellent vraiment.

Quelle a été la première trahison? Celle qui a été déterminante dans ma construction? Est ce le manque de présence de mon père enfant, sa non-implication dans mon évolution? La non-reconnaissance de ma mère, puis sa mort par laquelle je me suis sentie trahie car laissée seule?

Ne me suis je pas souvent trahie moi-même, en refusant d’être à mon écoute?

Mes belles rencontres actuelles ainsi que la reconnexion à mon pouvoir personnel, m’aident à être plus en confiance. Mais parfois, je me rends compte, à travers mes réactions disproportionnées, que ma blessure est encore là et qu’il faut que je l’accepte tout simplement.

Cette blessure de trahison découle souvent d’un complexe d’Œdipe non résolu étant jeune( 2-4 ans). L’attachement au parent du sexe opposé est trop important et aura pour conséquence un dérèglement dans les relations amoureuses de la personne, soit en le comparant sans cesse à ce parent, soit en ayant trop d’attentes.

Promesses non tenues, mensonges, impossibilité de faire confiance, mise à l’écart, manque de sécurité affective, de reconnaissance, toutes ces petites trahisons, par principalement le parent du sexe opposé, créeront un traumatisme chez l’enfant.

Afin d’éviter la souffrance liée à ces trahisons, il développera une personnalité contrôlante. Il pense que par le contrôle, il peut s’assurer que les autres tiendront leurs engagements.

Sa plus grande peur étant d’être trahi ou de trahir l’autre, il fera tout pour l’éviter.

Ses principales caractéristiques (bien sûr vous ne les aurez pas forcément toutes) :

  • Personnes fortes, courageuses, exigeantes envers elles-mêmes. Ne supportent pas la lâcheté des autres ou la sienne
  • Personnes fidèles, responsables. En effet, l’idée de trahir les autres lui est insupportable. S’il le fait, il cherchera à le cacher sous une certaine mauvaise foi ou par le mensonge
  • Personnes ayant beaucoup d’attentes vis-à-vis de son entourage. Cherche sans cesse à savoir s’il peut leur faire confiance
  • Forte personnalité, cherche toujours à avoir raison. N’aime pas être contredit
  • Impatient, intolérant
  • Difficulté à faire confiance, à déléguer
  • Manipulateur, séducteur, s’immisce dans la vie des autres en donnant des conseils
  • N’aime pas l’autorité, le contrôle par l’autre
  • N’aime pas le mensonge, mais aura lui, tendance à mentir
  • Importance donnée à son image, sa réputation
  • A peur de l’engagement. Ne supporte pas quand une personne ne répond pas à un engagement qu’il a donné
  • A peur de la séparation. S’il quitte l’autre il aura l’impression de l’avoir trahi
  • A peur d’être renié, même si lui aura tendance à renier les personnes qui auront trahi sa confiance
  • Se confie difficilement, montre peu sa vulnérabilité
  • N’aime pas les surprises, l’imprévu
  • Difficulté à vivre le moment présent

Nous rencontrons souvent la trahison sur notre chemin, si nous avons tendance à nous-même nous trahir, en ne respectant pas qui nous sommes.

Il est important de :

  • Prendre conscience de sa blessure et l’accepter
  • Lâcher prise. Faire confiance à la vie. Rien ne sera jamais comme tu l’as décidé
  • Lâcher les attentes vis-à-vis des autres. Comprendre qu’ils ne réagiront et ne penseront jamais comme tu le souhaites
  • Cesser de vouloir exposer sa force, d’impressionner les autres
  • Se faire confiance
  • Lâcher prise face aux résultats

Exercice :

  • Fais une liste de toutes les personnes qui t’ont blessé ( mensonge, trahison, manquement à une parole, propos blessants, abus…)
  • Classifie cette liste en mettant le plus douloureux en premier
  • En face de chaque nom indique ce que tu as ressenti au moment de la trahison
  • Puis à côté indique ce que tu ressens aujourd’hui
  • Mets tous tes ressentis.
  • Si tu en éprouves le besoin écris lui une lettre où tu lui indiqueras tous tes griefs. N’hésites pas, libères toi, sois aussi virulent que tu le souhaites.
  • Ne relis pas cette lettre. Brûles-la.

Exercice :

  • Prends conscience des moments où cette blessure s’active
  • Quelles sont tes pensées, tes croyances à ce moment-là ? Comment l’interprètes-tu ?
  • Quel est ton comportement face à cette impression de trahison ?
  • Prends du recul. Comment pourrais tu réagir différemment ?

Résultat d’images pour confiance

Pour en savoir plus :

« Les 5 blessures de l’âme » Lise Bourbeau

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.